Retour accueil
Navigation

Centre Hospitalier de Pontarlier
2 Fbg Saint-Etienne, 25300 Pontarlier

Tél. 03 81 38 54 54

Epine calcanéenne

EPINE CALCANÉENNE

L’aponévrose plantaire (ou fascia plantaire) est une membrane fibreuse très épaisse localisée à la partie plantaire du pied. Elle est de forme triangulaire, tendue entre le calcanéum en arrière, les têtes métatarsiennes en avant. Elle a pour rôle de soutenir l’arche interne du pied et de protéger les tendons sus-jacents.

L’aponévrosite plantaire ou fasciite plantaire correspond à l’inflammation de cette membrane. Elle est appelée « épine calcanéenne » du fait de la présence d’une ossification de sa partie calcanéenne dans les formes chroniques. Ainsi l’épine calcanéenne n’est que la conséquence de l’inflammation chronique de l’aponévrose.

                                                                       

                                                              

L’inflammation de l’aponévrose plantaire survient en cas de tractions anormales ou répétées sur celle-ci. Cela peut être le cas lors des sollicitations sportives importantes (une longue marche ou une course...) mais également par des troubles architecturaux de l’arrière pied, qu’ils soient statiques (plat, creux) ou dynamiques (valgus, pronation, varus…) entrainant une mise en tension excessive de l’aponévrose. Des causes mécaniques comme le sur- poids ou la manutention d’objets lourds peuvent également être retrouvées. Cette traction sur l’aponévrose va être à l’origine de contraintes mécaniques sur les 2 insertions de l’aponévrose : ces tractions se reportent sur une zone large en avant (pression basse) ; mais sur une zone très limitée en arrière, au niveau de l’insertion calcanéenne, où les pressions seront les plus élevées. C’est donc cette traction importante sur une zone limitée qui sera à l’origine des douleurs talonnières et des éventuels signes radiographiques.

                                                       

L’aponévrosite plantaire se caractérise par une douleur du talon, aggravée à l’appui et la marche ; obligeant les patients à une marche sur l’avant pied ou le bord externe du médio-pied.

L’adaptation du chaussage avec des chaussures plus amortissantes et intégrant un léger talon ou une talonnette visco-élastique est un moyen simple de diminuer les douleurs au début de la symptomatologie. Les traitements médicamenteux (antalgiques et anti-inflammatoires), permettent de lutter contre la douleur et l’inflammation aigue. La diminution des facteurs favorisants comme le repos ou la perte de poids sont les premiers moyens à envisager. La correction de troubles architecturaux du pied par la confection d’orthèses plantaires (semelles orthopédiques) est un excellent moyen de soulager l’inflammation de l’aponévrose. La kinésithérapie de rééducation, par étirement de l’aponévrose plantaire et de l’ensemble de la chaine musculaire postérieure permet de faire diminuer la pression et de réduire l’’inflammation. Des massages transverses profond peuvent aussi être pratiqués. Le recours à des ondes de choc, de la mésothérapie, ou à une infiltration de corticoïdes localement sont d’excellents moyens thérapeutiques pour diminuer l’inflammation.

L’image d’épine calcanéenne souvent interprétée par les patients comme la cause de leur douleur, sous la forme d’une « pointe douloureuse » qui devrait être retirée. Pourtant, cette « pointe osseuse » n’a rien de douloureuse en soit : elle n’est que la traduction de la tension mécanique de l’insertion osseuse de cette aponévrose. Ainsi, le traitement passera par l’allongement de l’aponévrose mais la résection de l’ossification n’a aucun intérêt!

Quand le traitement médical ne suffit pas, le recours à une prise en charge chirurgicale peut être proposé. Le traitement chirurgical consiste en la section partielle ou totale de l’aponévrose plantaire ; celle-ci cicatrisant ensuite en position détendue, faisant ainsi chuter la pression au sein de celle-ci. L’inflammation disparaît ensuite d’elle-même.

L’hospitalisation est de 1 jour (chirurgie ambulatoire). L’intervention se déroule soit sous anesthésie générale, soit sous anesthésie loco-régionale ( seul le bas du corps est endormi).

L’intervention dure environ 30 min. Elle consiste par une incision punctiforme de quelques millimètres, en la section partielle ou totale de l’aponévrose plantaire quelques centimètres avant son insertion calcanéenne. La cicatrisation du fascia se fait ensuite spontanément en quelques semaines, en position détendue, faisant chuter les pressions sur les insertions osseuses, notamment sur l’insertion calcanéenne.

Dans les suites de l’intervention l’appui est autorisé avec une talonnette visco-élastique dans la chaussure. Un chaussage large mais fermé est en général repris vers la 3ème semaine. Le retour à un chaussage habituel se fait entre 2 et 3 mois.

Même si l’intervention est courte, les suites opératoires sont longues pour que les phénomènes douloureux diminuent (de 3 à 6 mois environ). En effet, cette pathologie évolue généralement depuis de nombreux mois ou années avant le recours à la chirurgie. Ainsi, le temps de diminution des phénomènes inflammatoires et de la cicatrisation complète de l’aponévrose plantaire est longue, se faisant sur de nombreuses semaines.

Les complications sont rares : Infection, Phlébites, algodystrophie, récidive.

En conclusion, L’aponévrosite plantaire est une pathologie inflammatoire chronique causée par des contraintes mécaniques excessives sur le fascia plantaire. Le traitement est avant tout médical et celui des facteurs favorisants. La prise en charge chirurgicale est rare. Elle consiste en une chirurgie d’allongement de l’aponévrose plantaire. L’évolution est longue, s’étendant sur plusieurs mois, le temps de sa cicatrisation avec disparition des phénomènes inflammatoires, souvent présents depuis de nombreux mois.

Moteur de recherche

Un service ? Un médecin ? Un spécialiste ?

Accéder à l'établissement

S'orienter dans Hôpital de Pontarlier

Contact

Création agence web Cyberiance
Votre navigateur n'est pas à jour

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×